Eveiller ses enfants à la spiritualité

Un article extrêmement enrichissant de Psychologie magazine sur l'éveil de ses enfants à la spiritualité, et quelques indications sur comment faire ?

Une lumière dorée inonde la petite clairière du bois de Vincennes, à Paris, où Anne et Mathieu, la petite quarantaine, et Clara et Julien, 7 et 11 ans, sont venus pique-niquer. Avant d’entamer la salade de riz, chacun s’assied sur ses talons, ferme les yeux, et reste immobile et silencieux pendant de longues minutes. « Nous nous connectons à l’énergie de la terre, et nous remercions l’univers pour tout ce que nous avons et recevons », explique Anne. Puis elle précise qu’elle et Mathieu ne se considèrent pas comme des croyants, et encore moins comme des mystiques, mais comme des citoyens du monde désireux d’agrandir leur « champ de conscience » et de transmettre à leurs enfants la capacité de se connecter à l’univers visible et invisible. 

Comme eux, aujourd’hui, nombreux sont les parents qui souhaitent intégrer une dimension spirituelle à l’éducation de leurs enfants, hors des dogmes des religions établies dont ils se sont éloignés ou desquelles ils se méfient. « S’il y a un net déclin de la pratique religieuse institutionnelle, constate le philosophe Michel Lacroix, auteur d’Avoir un idéal, est-ce bien raisonnable ? (Flammarion), il existe parallèlement un besoin de croire à une réalité transcendante pour donner du sens à l’existence. Et c’est probablement cette foi que les adultes désirent transmettre à leurs enfants. Pour les uns, elle passe par une spiritualité sans Dieu; pour les autres, par un principe divin placé au centre de leurs croyances, mais cela peut aussi être l’amour du beau, du vrai et du bien, les trois valeurs platoniciennes. »

Marquer une pause, se relier à une nouvelle énergie en questionnant les anges via un jeu de cartes, autour de la galette des Rois, telle est la forme de transcendance ludique et inspirée, que Véronique, 47 ans et Patrick, 48 ans, pratiquent en famille chaque année avec Léo, 13 ans, et François 20 ans. 

Clarté, humour, abondance, aventure, compassion… Cinquante-deux cartes portant une qualité sont disposées en cercle, face imprimée contre la table, chacun à son tour en choisit une, la retourne, lit en silence le mot imprimé puis le médite avant de le commenter à voix haute. Un rite au plus près des convictions de ces chercheurs de sens, qui croient plus que tout à la force du questionnement et à la nécessité de plonger en soi pour grandir en conscience. 

Véronique : « C’est ma belle-sœur qui nous a initiés à cette pratique il y a dix ans. J’y ai tout de suite adhéré, car elle correspond bien à ma conception de la spiritualité : favoriser la conscience, trouver l’énergie qui permet de se questionner, d’aller de l’avant, et de grandir en se sentant relié à plus grand que soi. C’est ce qui me semblait important de pouvoir transmettre et vivre en famille. L’année dernière, j’ai tiré la carte “tendresse”; sur le moment, j’ai été un peu déçue. Mais en cours d’année, quelque chose dans la relation avec ma mère s’est dénoué, il y a désormais davantage de place pour une certaine douceur entre nous. Même transformation sur le plan professionnel, j’ai décidé de me montrer plus tendre avec moi-même, en me protégeant de l’excès de pression. » 

Léo : « La première fois, c’était comme un jeu, j’avais 6 ans je crois, et puis en grandissant, je l’ai vécu autrement. C’est un moment très fort, parce qu’il y a le silence et que chacun parle de son année passée et de ses envies pour la nouvelle. C’est très émouvant. En 2007, j’ai eu l’“ange de la grâce”; c’est incroyable comme ça collait avec tout ce que j’ai vécu. Pendant toute l’année, je me suis senti au meilleur de moi-même dans tous les domaines, tout était facile pour moi, je regardais le mot sur le tableau et je me disais : “C’est vraiment ça”. Cette année, j’ai eu “paix”; pour l’instant, je ne me suis disputé avec personne, je me sens en paix, tout va bien. J’aime ce rite parce que je le trouve convivial et original. » 

François : « Ce qui est marrant, c’est que chez mon père, on tire les Cartes des anges une fois l’an, et chez ma mère, avec qui je vis, chaque fois que l’on se pose une question, que l’on est face à un doute ou à un problème. Je vis donc les deux rites. Ce que j’aime bien, c’est qu’à partir d’un simple mot, on peut faire passer des choses de soi que l’on ne dirait pas toujours spontanément, c’est une communication différente qui permet aussi de mieux cerner les autres. Je ne crois pas aux anges, je suis plutôt scientifique, mais j’aime bien ce rite parce qu’il marque le temps. Dans l’année, je n’y pense pas forcément, mais il arrive qu’un événement particulier me le rappelle. Une fois, j’avais tiré “générosité”, et dans une dispute, on m’a traité d’égoïste. Ça a fait tilt. »

Article Psychologies magazine.

Tout comme cet article le met en avant LES SEPT SOLEILS propose  :

- des soirées-découvertes en hypnose

- des ateliers thématiques pour les femmes.

En nous donnant l'énergie et le bien etre cela impact directement notre perception des choses et toute notre vie. 

Nous sommes créateurs de notre vie, il ne tient qu'à vous qu'elle soit joyeuse et épanouissante, alors qu'attendez vous pour bouger?

Nous vous invitons à venir découvrir nos événements en allant sur : AGENDA

Vous pouvez nous contacter pour toutes questions au 0662565463.

LES SEPT SOLEILS


Les autres articles

© Copyright Les Sept Soleils 
 2021 Tous droits réservés
Site créé par PIKO PIKO
menuchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram